QUESTIONS, REPONSES & INSPIRATIONS

Pourquoi agir pour prévenir le burn-out ?
12.01.17

Avant le burn-out, il y a d’abord tout simplement un boulot qu’on aime, des personnes engagées et solides, du stress stimulant, puis des conditions inattendues, des déséquilibres qui s’installent, des difficultés qui arrivent…

Avant cela pourquoi agir et pourquoi voudrait-on prévenir le pire ?

 

Parce qu’il y a des dangers et des conséquences sévères pour soi et pour l’entreprise que nous mesurons trop peu : perte d’efficacité et de motivation • désorganisation d’équipe, tensions et conflits • absentéisme, départ de collaborateurs clés • chômage, maladie physique ou psychique…

Parce que le burn-out crée un handicap personnel pendant de longs mois, qui nécessite d’être pris en compte et pris en charge, pour pouvoir retrouver ses pleines ressources.

Parce qu’il s’agit d’un processus long, progressif, insidieux, qu’il est possible d’enrayer ou de soutenir pour éviter l’effondrement physique, émotionnel et mental. A condition d’avoir bien davantage qu’aujourd’hui conscience des conséquences, d’en connaître les étapes et d’oser en parler.

Parce qu’au cours des dernières années, le nombre de personnes ayant été diagnostiquées pour le burn-out a fortement augmenté : il s’agit d’une réalité encore trop mal connue que l’on préfère fuir, alors que la conscience et l’empathie seraient tellement préférables.

Parce que l’environnement actuel est source de stress multiples et continus, qui sont valorisés par une culture « Sois fort » et « Sois parfait » plutôt que d’être repérés comme des ingrédients à gérer avec attention.

Parce que manager les collaborateurs & les équipes dans une culture technique, c’est souvent la cerise sur le gâteau. Nous investissons encore beaucoup dans l’expertise et les process, sans mesurer les bénéfices obtenus quand on apprend à orchestrer les hommes et à naviguer avec aisance dans la complexité.

Parce que nous n’avons pas été éduqués et sensibilisés à gérer nos propres limites et équilibres personnels tout en assumant des responsabilités exigeantes. Or personne ne le fera à notre place…

Parce que les conséquences sont bien plus larges que le « burn-out » d’un individu.

Parce que chacun a une part de responsabilité dans le fait d’aller travailler dans des conditions de vie saines et profitables pour tous, et qu’il est sûrement préférable de l’assumer sans tabou plutôt que de la taire comme si l’on pouvait sans passer :

  • Nous-même : par la connaissance de nos fonctionnements internes, la manière d’identifier et de gérer les situations difficiles.
  • L’entreprise : par sa culture, ses valeurs, ses pratiques managériales et organisationnelles.
  • Les managers : par un mode de fonctionnement relationnel responsable et constructif, par une conscience et un apprentissage de leur rôle.
  • Les acteurs RH : par l’alerte, le conseil et le soutien qu’ils peuvent apporter via des démarches individuelles ou d’entreprise.

 

Alors oui, être davantage conscient, chercher à comprendre, sortir du tabou, faire preuve d’une saine empathie, apprendre à agir dans son rôle et sa place, c’est possible & même très souhaitable !

La première étape ? Connaître et comprendre, assez simple pour commencer non ? 😉

Prévenir le burn-out c’est possible, quand on connaît les signes.

 

Voir aussi un article sur les signes du burn-out.

 

Pour aller plus loin, vous pouvez me contacter. Organescence propose :

  • Des ateliers d’information et de formation pour sensibiliser et comprendre le burn-out.
  • La mise en place de démarches pour savoir comment agir dans son rôle (manager, RH).
  • Des accompagnements individuels pour aider à rétablir son équilibre en cas de stress chronique ou à reconstruire son identité professionnelle quand le burn-out est déclaré.

Séverine Hessel – Organescence – severine.hessel@organescence.com